From office boy to customs specialist: How I became a declarant

De garçon de bureau à spécialiste en douane. Comment je suis devenu déclarant

Senior declarant Franc van Baar

07/05/2021

Franc van Baar
Senior Declarant

C'est en 1984 qu'on m'a demandé si j'étais intéressé par le poste de douanier stagiaire. Tout juste libéré du service militaire et à la recherche d'un emploi, j'étais intéressé. Je ne savais pas ce que faisait un déclarant. En fait, je n'en avais jamais entendu parler. Je ne savais pas qu'il y avait toute une industrie à l'œuvre aux quatre postes frontières de la région à cette époque. J'allais bientôt le découvrir et un tout nouveau monde s'ouvrait à moi.

Des débuts en tant qu'apprenti déclarant

Le terme d'apprenti déclarant était plutôt flatteur. Garçon de bureau était le terme qui couvrait mieux la charge. C'est ainsi que mes collègues m'appelaient vis-à-vis des clients et des douanes. C'était tout ce que je pouvais faire à l'époque. Mon travail consistait à me rendre à la douane avec des piles de papiers et à passer de guichet en guichet. À l'époque, il fallait d'abord exporter d'Allemagne et seulement ensuite importer aux Pays-Bas. Heureusement, les deux services se trouvaient dans le même bâtiment et n'étaient pas séparés de plus de 10 mètres.

Toujours la balle

J'avais donc découvert que tous ces camions aux postes frontières n'étaient pas seulement là pour un sandwich au ballon au restaurant. Ils étaient tous là parce qu'ils devaient l'être : sans l'intervention d'un déclarant, ils ne passeraient pas la frontière. Ce qui était bien, c'est que vous aviez des clients fréquents, vous appreniez à connaître les chauffeurs. Ils parlaient tous le néerlandais et connaissaient leur chemin. Ils étaient tous patients car ils savaient qu'ils devaient attendre de toute façon. Après avoir remis les papiers, je suis donc allé au restaurant pour prendre une douche et manger un sandwich aux boulettes de viande.

La formation professionnelle et ma première déclaration personnelle

Mais quels sont les papiers nécessaires ? Je voulais en savoir plus et j'aspirais à plus que simplement me promener avec des papiers. Les formulaires qui traînaient dans le tiroir du bureau devaient bien avoir une fonction ? Quoi, comment, pourquoi ? J'ai reçu une offre pour suivre le cours de formation professionnelle EVO et je l'ai saisie à deux mains. Je voulais apprendre ce qu'était un D31 et un D32, un T2 et un T1. A quoi servaient-ils ? Je l'ai su assez vite. Mieux encore, j'ai pu commencer à faire moi-même des déclarations simples. 
J'ai commencé par faire des documents T2. Sur la base du document d'exportation allemand, j'ai été autorisé à remplir un formulaire pré-imprimé avec le nom de la société en utilisant du papier carbone et à en faire un document. Avec ce document, je pouvais me rendre à la douane allemande, obtenir les timbres nécessaires et mon premier vrai document (vers la Grande-Bretagne !) était un fait. À partir de là, les choses se sont enchaînées avec de simples documents d'importation. 

Machines à écrire et télex

Le bureau moyen du transitaire et du déclarant de l'époque pouvait être décrit comme suit. Quelques éléments importants étaient nécessaires pour pouvoir effectuer le travail : une bonne chaise, un bureau avec des tiroirs, une monstrueuse machine à écrire et le Kluwer, ou bible des déclarants, le Tarif des douanes. Avec les chapitres 1 à 99 soigneusement répartis sur deux volumes. Pour communiquer, vous aviez à votre disposition un téléphone et un télex. La notification préalable des envois était rare, les chauffeurs se présentaient physiquement au guichet et vous pouviez alors vous mettre au travail.

Télécopies et ordinateurs

Comme on le sait, l'évolution à partir des années 80 a été très rapide, surtout dans le domaine de la technologie. Le télex a été remplacé par le fax, avec du papier thermique. Les ordinateurs sont apparus, avec une mémoire de travail plus petite que l'image moyenne d'un smartphone actuel. Mais les douanes ne sont pas restées immobiles non plus. Le document administratif unique a été introduit, rendant obsolètes tous les documents en vrac. Sans oublier, bien sûr, l'introduction de Sagitta. Le système douanier automatisé. À partir de ce moment-là, il n'était plus nécessaire de se rendre à la douane pour obtenir des timbres pour une déclaration d'importation.
Après l'entrée en vigueur du traité de Maastricht en 1993, le monde des déclarants a été durement touché ; beaucoup ont été licenciés parce qu'il n'y aurait plus de travail en raison du libre-échange. Rétrospectivement, rien n'est plus faux. 

Processus douaniers numériques

Regardez où nous en sommes aujourd'hui. Le monde est devenu numérique. Nous importons et exportons dans les coins les plus reculés de la planète et tout nécessite des documents. Bien sûr, beaucoup de choses ont été simplifiées au fil des ans, vous ne devez plus vous rendre physiquement à la douane, vous pouvez faire votre déclaration dans tout le pays. La profession ne cesse d'évoluer, que ce soit au niveau de la législation (DWU) ou de l'automatisation (AGS), des OEA, de la conformité, elle ne s'arrête jamais.

La profession est parfois qualifiée d'ennuyeuse et d'étouffante, mais elle est tout sauf cela. Elle est passionnante, trépidante, variée, internationale et surtout intéressante. - Franc van Baar

Brexit : nous cherchons à nouveau la frontière

Aujourd'hui, 2021, le Brexit est un fait. Personne ne s'attendait à ce qu'il prenne une telle ampleur, qu'il implique autant de choses. Les volumes sont importants et l'ont toujours été, ce n'est qu'après 1993 que les gens ne s'en sont plus rendu compte. Le fait que la Grande-Bretagne soit désormais un pays dit "tiers" pour lequel des formalités d'importation et d'exportation doivent être accomplies a soudainement mis la profession de déclarant sous les feux de la rampe. Les postes vacants se multiplient, les professionnels sont approchés pour faire la transition. Qu'il s'agisse d'un agent de la douane et du commerce, d'un consultant en douane ou simplement d'un déclarant, ils sont difficiles à trouver.

Un panneau de signalisation dans un labyrinthe de règles

La profession est parfois qualifiée d'ennuyeuse et d'étouffante, mais elle est tout sauf cela. Elle est passionnante, trépidante, variée, internationale et surtout intéressante. C'est une profession que l'on apprend non seulement par la formation mais surtout, avec un joli terme néerlandais, sur le tas. On apprend les ficelles du métier en faisant et en coopérant avec les "anciens" qui ont travaillé avec des machines à écrire. Cette interaction entre la génération analogique et la génération numérique rend également le travail amusant. Vous apprenez les uns des autres. Cela demande de la souplesse, mais vous pouvez développer une passion pour ce métier. Comme c'est agréable lorsque vous parvenez à mener à bien une déclaration complexe. Le client n'est pas le seul à être satisfait, vous l'êtes aussi en tant que déclarant. Vous avez acquis un peu d'expérience. C'est ce qui rend la profession si agréable : chaque déclaration est différente et chaque jour l'est aussi. Vous êtes le guide dans un labyrinthe de réglementations et de procédures (internationales) et vous savez où se trouve la sortie !