Brexit

Quatre ans après le Brexit: où en sommes-nous maintenant?

Kelsey Schenk - Marketing Officer
Kelsey Schenk
Responsable marketing

Cela fait quatre ans que le Royaume-Uni a décidé de quitter l’Union européenne. Les négociations sont toujours en cours, mais un accord rapide ne semble pas être proche. Jetons un coup d’œil à notre position actuelle.

The Mood in the United Kingdom

D’une part, il y a l’énorme victoire électorale de Boris Johnson, suggérant un large soutien au Brexit au Royaume-Uni. D’autre part, il y a eu des signaux clairs indiquant qu’une très grande partie des citoyens du Royaume-Uni préféreraient rester dans l’Union européenne.

Mercury Nouvelles rapports:

Selon l’European Social Survey (ESS), un sondage paneuropéen réalisé tous les deux ans, 56,8% des personnes interrogées au Royaume-Uni ont indiqué qu’elles voteraient pour rester au sein de l’Union, une augmentation par rapport à 49,9% la dernière fois que l’enquête a été publiée en 2018. Le sondage le plus récent montre que parmi les personnes interrogées au Royaume-Uni, 34,9 % ont déclaré qu’elles voteraient pour partir et 8,3 % ont dit qu’elles ne voteraient pas du tout.

L’humeur dans l’Union européenne

La même enquête indique un fort soutien à l’Union européenne au sein des États membres de l’Union européenne. Il semble que les citoyens de l’UE n’ont aucune envie de quitter l’Union européenne.

Mercury Nouvelles rapports:

La dernière enquête menée auprès de 26 pays, dont quatre ne sont pas des États membres, révèle une augmentation du soutien à l’adhésion à l’UE, suggérant que les spéculations selon lesquelles d’autres pays suivraient rapidement le Royaume-Uni pour sortir de l’union sont peut-être infondées.

Sur les 19 pays qui ont participé à la dernière et à la précédente ESS, tous les États membres de l’UE ont vu leur soutien à l’adhésion à l’UE augmenter. Il y a eu peu de changements en Norvège et en Suisse, qui ne sont pas des États membres.

L’état des négociations

Pour le moment, il ne semble pas très bon. Les négociations sont toujours bloquées et il n’y a pas beaucoup de mouvement. Les représentants de l’Union européenne se sont dits préoccupés par la réticence du Royaume-Uni à avoir des négociations constructives fondées sur la déclaration politique sur laquelle les deux parties se sont entendues l’année dernière. La déclaration politique est censée être la portée de l’accord actuellement en cours de négociation. Au cours du dernier cycle de négociations, Boris Johnson semblait très peu disposé à faire des compromis. Le résultat pourrait être un Brexit sans accord à la fin de cette année.

Il y a encore plusieurs questions très importantes sur lesquelles les deux parties ont du mal à s’entendre. Un bref aperçu des principaux enjeux.

Droits de pêche: l’Union européenne veut un accès équitable aux eaux du Royaume-Uni pour leurs pêcheurs. La réponse du Royaume-Uni à cette question est que les pêcheurs britanniques ont voté pour le Brexit et que leur point de vue doit être respecté. Cela ne se passe pas bien avec les négociateurs de l’Union européenne.

Règlement des différends: même avec un accord commercial en place, il y aura des différends. Les deux parties ont du mal à s’entendre sur la façon dont les différends seront résolus dans le cas d’un futur accord commercial et sur lequel s’appliquerait.

Dispositions sur les règles du jeu équitables: l’Union européenne veut avoir des dispositions dans l’accord commercial selon lesquelles l’Union européenne et le Royaume-Uni ne se sous-estiment pas lorsqu’il s’agit de normes sociales et sociales et de normes environnementales. L’Union européenne tente de faire du droit de l’UE la norme à respecter, mais le Royaume-Uni refuse cela. Ils semblent être à la recherche d’une approche minimaliste, qui pourrait suggérer des plans pour saper les normes à l’avenir.

Se préparer pour le Brexit

La menace d’un Brexit sans accord rend toujours difficile la préparation efficace des entreprises. Ce qui est clair, c’est qu’il y aura des contrôles douaniers et de nouvelles procédures d’importation et d’exportation pour les marchandises qui se déplacent entre l’Union européenne et le Royaume-Uni. Les autorités douanières des deux côtés s’efforcent d’embaucher suffisamment de personnes pour faire face à l’augmentation du volume de documents qui devront être traités et des contrôles qui doivent être effectués.

On craint toujours des retards à la frontière en raison du manque de personnel, en particulier du côté du Royaume-Uni. Les entreprises des deux côtés doivent encore se préparer au pire des scénarios. L’attente pour obtenir la clarté sur ce que la nouvelle normale sera après le Brexit a été un long et il semble que cela peut encore prendre un certain temps.

Customs Support est prêt

Customs Support est prête pour tout résultat des négociations de l’Accord commercial. Nos bureaux sont dotés de personnes formées et expérimentées. Si vous avez des questions sur l’importation ou l’exportation de marchandises contactez l’un de nos experts. Pour rester à jour sur le Brexit, vous pouvez suivre notre page de soutien au Brexit et notre page LinkedIn de la société. Nous vous tiendrons au courant des développements qui pourraient avoir un impact sur votre flux commercial.